Point de vue médicopsychologique

La non-conformité du genre n’est pas pathologique

En France, depuis un décret de 2010, les troubles de l’identité de genre, auparavant nommés par le corps médical « transsexualisme », puis, plus récemment, « dysphorie du genre », sont retirés de la liste des affections psychiatriques. La non-conformité de genre n’est donc pas pathologique ou psychiatrique, même si elle peut s’accompagner de désordres psychotiques comme chez tout un chacun indépendamment de son genre. Il n’y a rien à guérir. Juste accompagner.

En France, la non-conformité du genre est accompagnée

Toujours à partir de 2010, les personnes concernées par une dysphorie de genre prégnante pour elles, et dans le besoin d’un accompagnement médical, ont pu recourir à un parcours de soins pluridisciplinaires, relevant du secteur public ou privé, avec une prise en charge par la CPAM en tant qu’affection de longue durée (A.L.D. hors liste)Aujourd’hui, de nombreux actes essentiels à une transition sont financièrement pris en charge par la Sécurité sociale, sans avance d’argent donc (en dehors des dépassements d’honoraires). Cependant, certains actes font l’objet de niveaux de prise en charge aléatoires selon les régions. Et, d’autres, ne le sont toujours pas. 

Dans le secteur public, des professionels de santé de l’association SOFECT – Société française d’études et de prise en charge de la Transidentité – ont proposé un protocole de soins “encadré”. Bien que critiquées en raison d’une emprise trop importante des spécialistes sur la décision de transitionner, de la psychiatrie notamment, certainement imparfaites comme toute chose à ses débuts, cette structure a eu le mérite de rendre le besoin de transitionner plus accessible en France, le sujet plus visible aussi. La Sofect a été dissoute en novembre 2020. Une nouvelle association a été constituée : TRANS-SANTE FRANCE. Elle a pour objectif principal d’améliorer la prise en charge médicosociale des personnes trans en France en se concentrant sur l’accès aux soins, la santé globale, la qualité de vie et le bien-être et, afin de servir ces objectifs, de porter des demandes auprès des autorités de tutelle (Ministère des Solidarités et de la Santé, DGS, ARS, CNAM, HAS, Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche…). Elle veut également lutter contre les discriminations transphobes et la stigmatisation de la non-conformité de genre, qui n’est pas une pathologie, et prendre en compte les souffrances supplémentaires induites..

Cette structure accueille à présent différents publics représentant la diversité des personnes et des disciplines concernées :
• professionnel·le·s de santé
• personnes trans et associations 
• familles et référent·e·s LGBTQI+ du monde du travail et de l’éducation
• représentants des sciences humaines (philosophie, anthropologie, sociologie…), et du droit (juristes et avocat.e.s du droit civil, des droits humains…).

En 2021/2022, TRANS-SANTE FRANCE se donne l’objectif – entre autres – de réfléchir à la mise en oeuvre du principe d’autodétermination éclairée, afin de laisser à une personne transidentitaire la pleine décision de son identité de genre et de son parcours médical, y compris sur le plan juridique. Pour les professionnels de santé de cette association, le médecin généraliste pourrait devenir le coordinateur du parcours médical de transition, comme pour tout autre besoin de santé, avec l’appui de spécialistes et de pôles formés à éclairer la décision de la personne en demande de transitionner. Une réflexion à suivre…

https://trans-sante-france.org

L'OMS passe le pas

En 2018, l’OMS retire l’incongruence du genre du chapitre des troubles mentaux et du comportement du DSM (Diagnostic and Statistical Manual of Mental Disorders) de l’Association Américaine de Psychologie (APA), une classification internationale des maladies. Ce choix s’appuie notamment sur les études menées par l’OMS dans cinq pays, dont la France, qui ont montré que la souffrance psychique et la perception phobique de son corps ne sont pas présentes chez toutes les personnes transgenres. Et, lorsqu’elles sont présentes, elles sont la conséquences de facteurs sociaux et environnementaux (éducation, famille, école, travail etc.). Les problématiques psychologiques ou psychiatriques liées à la transition ne seraient donc pas dues au changement de genre en lui-même mais au rejet social, à la violence et à la discrimination liés à cette nécessité de transition.

Le diagnostic d’incongruence de genre est à présent intégré au chapitre du DSM relatif à la santé sexuelle. Une classification certainement discutable pour les collectifs LGBTI+ qui réfutent, depuis longtemps, l’assimilation du genre à la sexualité. 

Néanmoins, toutes ces avancées, depuis dix ans, ont favorisé l’amélioration de la prise en charge des personnes trans, sur les plans personnel, médical et social.

Partie privée TRANSPARENTS

La partie privée du site TRANSPARENTS est accessible uniquement aux adhérents, par l’intermédiaire du menu principal du site. 

menu_prive

Ce menu est composé de plusieurs sections détaillées ci-dessous :

Gérer mon compte & adhésion

Permet de modifier vos paramètres privés (adresse e-mail, mot de passe, confidentialité) ainsi que supprimer votre compte ou adhésion à tout moment.

Mon profil adhérent

Permet d’éditer votre profil public (profil visible des autres adhérents).

Contacter les adhérents

Permet de parcourir les adhérents de TRANSPARENTS afin d’entrer en contact et échanger.

Actions TRANS-SOUTIEN​

Ces actions sont portées par les adhérents et le réseau de TRANSPARENTS.

Echanger​

Sur des sujets cléde la vie quotidienne ex : la parentalité, les inter-actions sociales, la relation inter-personnelle ou professionnelle etc.

Héberger​ ponctuellement

Proposer un bergement temporaire à l’occasion d’actes dicaux au cours d’une transition (pour personne trans et/ou accompagnant).

Initier/former à un hobbies

Bricolage, jardinage, sculpture, peinture, musique, chant etc.

Partager un moment ou une activité

Cuisiner ou faire du shopping ensemble. Inviter à un repas chez soi, au restaurant ou tiré du sac. couvrir une exposition, un musée, un film, un livre etc. Randonner. Faire du footing/lo etc.

Soutenir une recherche d'emploi

Accompagnement à la daction d’un CV, à la préparation d’un entretien, dans une recherche d’emploi etc. Échanger sur un tier. Proposer un stage, une alternance, une offre d’emploi de mon entreprise etc.

Voyager

Passer des vacances ensemble. Faire couvrir sa gion/commune. Proposer sa maison de campagne.

Autres actions

Les propositions sont bienvenues ! N’sitez pas à les communiquer à TRANSPARENTS depuis la page Contact du site internet.

Actions TRANS-SOUTIEN​

Ces actions sont portées par les adhérents et le réseau de TRANSPARENTS.

Echanger​

Sur des sujets cléde la vie quotidienne ex : la parentalité, les inter-actions sociales, la relation inter-personnelle ou professionnelle etc.

Héberger​ ponctuellement

Proposer un bergement temporaire à l’occasion d’actes dicaux au cours d’une transition (pour personne trans et/ou accompagnant).

Initier/former à un hobbies

Bricolage, jardinage, sculpture, peinture, musique, chant etc.

Partager un moment ou une activité

Cuisiner ou faire du shopping ensemble. Inviter à un repas chez soi, au restaurant ou tiré du sac. couvrir une exposition, un musée, un film, un livre etc. Randonner. Faire du footing/lo etc.

Soutenir une recherche d'emploi

Accompagnement à la daction d’un CV, à la préparation d’un entretien, dans une recherche d’emploi etc. Échanger sur un tier. Proposer un stage, une alternance, une offre d’emploi de mon entreprise etc.

Voyager

Passer des vacances ensemble. Faire couvrir sa gion/commune. Proposer sa maison de campagne.

Autres actions

Les propositions sont bienvenues ! N’sitez pas à les communiquer à TRANSPARENTS depuis la page Contact du site internet.