S'informer

Transidentités

"TRANS", préfixe latin fréquemment employé pour exprimer l'idée de changement, de traversée, de passer d'ici à là.

TRANSPARENTS

Echanger, contribuer, soutenir...

Transparent, transformer, transgression, transidentité(s), transmission, transverse, transvaser, transgénérationnel, transitif, transfuge, transgenre, transfert, transcrire, transporter, transfusion, transpercer, transformisme, transition, transculturel, transplanter, translucide, transposition, transcender, transsexuel(le)…

Transidentité(s), transgenre, intergenre, non-binaire, agenre, intersexuation, autres...

Si vous êtes connecté sur le site de TRANSPARENTS, probablement est-ce parce qu’un de ces sujets concerne un de vos proches ou vous-même. Ou, peut-être, êtes-vous juste intéressé à comprendre, à vous informer, à évoluer.

En apportant un premier niveau d’informations, TRANSPARENTS souhaite partager avec vous. A chacun de prendre ce qui peut lui être utile, selon ses propres besoins et ses croyances.

“TRANSGENRE”, de quoi parlons-nous ?

Au fils du temps, le vocabulaire trans s’est étoffé et a bougé sous l’influence des évolutions sociétales, des débats menés par les communautés trans, associatives et scientifiques. Parfois troublant pour les tiers non initiés, le mot générique « transidentité(s) », souvent utilisé au pluriel, semble être aujourd’hui le trait qui unit volontiers toutes les identités de genres (bianires et non-bianaires), représentées par des parcours individuels très hétérogènes. 

“Etre transgenre”, est un des visages des transidentités. C’est se reconnaître dans le genre opposé à celui attendu par la société (masculin/féminin) selon le sexe biologique attribué à la naissance (mâle ou femelle). Dans le milieu médical, d’autres mots sont utilisés : « dysphorie du genre, incongruence de genre etc ». Quel que soit le nom, ce sujet n’est plus considéré comme une pathologie psychiatrique depuis 2010, en France, mais bien comme un besoin vital et existentiel de changement et d’affirmation d’un genre pour la personne qui l’exprime. Portée par une quête fondamentale et inconditionnelle d’être reconnue dans l’autre genre, elle recherche l’harmonie entre la manière dont elle se ressent et se comporte d’une part, et son apparence physique d’autre part. Aussi, afin d’y parvenir, choisit-elle d’entreprendre un parcours de « transition ».

Au cours de ce parcours de transition, il peut être question d’hormonothérapie, d’actes et de chirurgie esthétiques, voire de chirurgie de « réassignation ». Certaines personnes souhaitent emmener au plus loin ce changement, en nourrissant l’espoir d’un « bon passing », c’est-à-dire d’une apparence satisfaisante pour elle, recevable par la société, afin de se vivre pleinement dans le genre désiré. D’autres préfèrent ajuster leur parcours à leurs perceptions, peuvent vouloir se revendiquer en tant que « personne trans » ou pas etc : « A chacun(e) de se définir », selon le principe “d’autodétermination”.

Au-delà des mots...

Au-delà des mots, il est question de vies – celles de personnes trans en premier lieu, de leur entourage également. Et aussi, d’émotions, d’humanité.

Il est question de la vie d’une personne qui se sent profondément mal dans le genre assigné à sa naissance.

Elle endure – bien souvent – des souffrances morales et physiques fortes, endogènes et exogènes, sans toujours pouvoir faire le lien entre celles-ci et leur cause, ce qui accroît son mal être. Car être une personne transidentitaire n’est pas un choix. C’est une nécessité, une réalité, une tragédie pour certain(e)s.

Difficile pour cette personne d’être en vérité avec soi et les autres, transparent avec l’entourage face à ses peurs, à la peur du rejet notamment. La parole est parfois longtemps retenue, voire travestie en mensonge. Les êtres aimés sont l’enfer tout autant que le paradis.

Impossible, pour elle, d’accepter les freins qui se mettent en travers de leur chemin – famille, amis, médecins, procédure, délais etc. -, parfois hautement combattus. Des sources de conflits potentielles au sein d’une famille, sur-aggravant le mal-être et dégradant les relations.

Effrayant aussi, certainement, de craindre ne jamais – peut-être – parvenir au but ultime, tellement dépendant du regard et des attitudes des autres ! Un besoin de confrontation pourtant incontournable pour se (re)construire, en dépit des appréhensions et des risques. 

Une vie d’efforts – parfois de lutte.

Au-delà, il s’agit, aussi, de la vie de familles et de proches parfois seuls, déstabilisés face à ce fait qui s’impose à eux, submergés d’émotions diverses et de questionnements en tous sens. 

Leurs pensées circulent de l’être aimé qu’ils souhaitent protéger, vers cet autre individu, un inconnu pensent-ils alors.

Ils interrogent l’origine, leur responsabilité, leur capacité à accepter, la complexité du sujet, la relation, la possibilité de continuer à aimer : « De quoi s’agit-il ? Pourquoi ? Depuis quand ? Comment être passé à côté ? Y suis-je pour quelque chose ? Est-ce bien là, le sujet ? Quel sera son avenir ? Quelles conséquences sur sa santé physique et mentale ? Sera-t-il(elle) plus heureux(se) après ? S’il(elle) se trompe ? Comment le(la) soutenir ? Comment s’inscrira-t-elle (il) dans la société ? Acceptera-t-elle (il) leur aide, leur présence ? Continuerons-nous à faire partie de sa vie et comment ? Quelles répercussions cela aura-t-il sur le reste de la famille, les amis ? Etc ».

Les projections, quant aux épreuves futures probables, les affolent. Le regard des autres envers les personnes transgenres est, pour eux aussi, un point d’achoppement. Il est encore souvent dur, peu empathique. Et cela, bien que l’on observe une ouverture des consciences, une note d’espérance, sous l’influence de changements de paradigmes profonds – mariage pour tous, nouvelles formes de parentalités etc -, de documentaires, de témoignages à visage découvert apportés par des personnes transgenres et/ou leur entourage. Toutes ces interrogations sont bien légitimes et perdurent longtemps pour certaines d’entre elles.

Néanmoins, aujourd’hui, une fois les temps de sidération et de déni dépassés, il est observé que beaucoup plus de familles et de proches – pas tous encore -, avant tout soucieux du bien-être de l’être cher – un enfant, un père, une sœur, un époux, un. e ami.e etc – se mobilisent et nourrissent l’espoir d’un futur plus épanouissant lorsqu’ils comprennent que c’est ainsi. Rien à questionner face au peu de réponses possibles en l’état des connaissances scientifiques. Juste accueillir, s’informer, soutenir comme accompagner le changement de prénom et de pronom par exemple. Une étape sensible, compliquée pour les parents et les proches, mais cruciale et indispensable à tous pour avancer. La relation entre tous peut s’en trouver améliorée, tout comme la vie de la personne concernée.  

On ne choisit pas d’être transgenre, on l’est. Certes, ce proche – mineur ou adulte – change d’une manière inattendue, différente des projections et de la norme. Mais ce changement d’apparence ne modifie en rien les qualités de la personne, le fait qu’elle demeure quelqu’un de respectable, d’aimable à part entière.

Une question est souvent posée par la famille d’une personne trans : “est-il nécessaire de faire le deuil de l’être de naissance, toujours dans les cœurs ? “. D’autant lorsque la personne qui transitionne exprime souhaiter l’oublier de toutes ses forces ! TRANSPARENTS pense que chaque émotion et besoin devrait pouvoir trouver sa place, avec respect. Pour les parents, par exemple, les deux personnes peuvent coexister. L’une dans le souvenir, l’autre au quotidien, à l’instar de tous les parents dont les enfants grandissent et changent sous leurs yeux. Naturellement, pour ces derniers, cette évolution est progressive, douce, indolore d’ordinaire. Pour un enfant, il garde à ses côté un père, une mère avant tout – s’il le souhaite -, avec le même amour, voire plus encore.

En revanche, si l’on doit parler de deuil, il s’agirait plutôt de faire le deuil des projections nourries. D’ailleurs, généralement, l’entourage s’ajuste, puis s’adapte. Une évolution au combien nécessaire et utile à la personne qui transitionne, face au parcours qui s’annonce. Impossible pour elle de porter le sac de l’entourage, en plus du sien, quand bien même elle le souhaiterait. 

Nos convictions

TRANSPARENTS communie avec les parcours d’enfants, d’adolescents et d’adultes vivant la transidentité dans leur chair, quelles que soient leurs trajectoires de vies et les mots qui les définissent : genre fluide, transgenre, intergenres etc.

TRANSPARENTS se joint aux personnes concernées, aux parents et aux proches lorsqu’ils expriment leur détresse, leur crainte du rejet et de la violence. Nous espérons qu’en cheminant tous ensemble, de la manière la plus neutre et bienveillante possible, de moins en moins vivront le désespoir.

TRANSPARENTS célèbre le courage des personnes trans et encourage ceux qui les accompagnent.

Si parents & proches se rendent plus visibles, les parcours des personnes trans seront facilités à tous points de vue. Un jour viendra où elles vivront une vie publique avec simplicité, celle de tout le monde, si c’est ce qu’elles souhaitent. Une vie ordinaire en somme, pour des personnes extraordinaires !

Certainement assistons-nous, déjà, au début d’une ère nouvelle pour les personnes trans, comme cela a été le cas, ces dernières années, pour d’autres « différences ». Plus visibles demain, donc plus nombreuses de fait, elles devraient être encore mieux accompagnées et socialement intégrées. Elles méritent leur place dans la société autant que d’autres, sinon plus, car qui aspirerait à assumer les difficultés d’une vie trans (?).

TRANSPARENTS félicite les documentaires sur l’identité de genre. A première vue, ils sensibilisent le grand public, éveillent les esprits, secouent les croyances, ouvrent les cœurs, tout en allégeant la culpabilité des personnes concernées et de leur entourage. D’ailleurs, la transidentité serait aujourd’hui « un sujet générationnel, une opportunité culturelle » selon des spécialistes. Après l’écologie, le genre serait le second sujet de préoccupation des ados, plus autorisés qu’hier à réfléchir sur leur identité et mieux informés. Ces reportages et articles sont nombreux ces dernières temps ! Et, souvent, ils mettent en avant de très jeunes enfants avec le désir des parents de les accompagner, un souhait bien naturel et compréhensible. Veillons, cependant, à ce que trop de documentaires – semblables – ne viennent pas susciter des effets contraires à ceux espérés, comme lasser/irriter le grand public et, pire, en donnant l’impression que nos enfants – ainsi exposés  – méritent d’être sauvés d’une mauvaise influence de leurs parents (et de celle du personnel médical accompagnant).

S’il est clair que les attendus des genres « masculin et féminin » sont des projections mentales construites et propres à chaque civilisation, en quoi la biologie serait-elle déterminante sur le ressenti cérébral et le développement comportemental en tant que « mâle ou femelle » ? A quand des recherches scientifiques plus poussées pour permettre d’accompagner avec plus de clairvoyance, de justesse et de cohésion ?

En attendant, faut-il adapter le genre comme sont adaptés les lieux publics au handicap et aux non-fumeurs ? Un genre neutre à l’état civil au côté des deux autres, pourquoi pas, en signe de reconnaissance. Mais n’est-ce pas qu’une case de plus ? Pour parvenir à se détourner des stéréotypes, est-il indispensable de gommer totalement le genre, de ne plus en faire mention nulle part, y compris dans le pronom personnel, comme cela est déjà pratiqué dans certains pays ? Faut-il aller aussi loin, voire plus loin encore ? Jusqu’à renier la binarité des genres et souhaiter réinventer une société nouvelle,  une réflexion engagée qui emmène bien loin du besoin individuel !?

En plus de ces questionnements et des souffrances individuelles bien réelles de personnes en désir de changement de genre, il y a aussi la réalité des personnes cisgenres vivant bien leur genre de naissance, manifestant le besoin de s’identifier et de se construire clairement selon cette binarité ! Doit-on les en priver ?

Face à ces nombreux paradoxes, TRANSPARENTS rêve ! Il serait si doux d’accepter que chacun ait sa place, puisse s’assumer tel qu’il se vit, minorité ou pas, avec respect, sans imposer de primauté. La solution est en chacun de nous. De la tolérance avant tout ! Rien de bien nouveau au fond. Juste un éternel idéal, naïf semblerait-il (!?).

Rôle des parents et des proches

Pas de recette toute prête !

Chaque situation vécue est singulière, malgré des traits communs. Les chemins diffèrent en fonction de l’âge, du milieu personnel et social, du parcours de vie, du pays et du lieu d’habitation, de la manière d’être et de se vivre en tant qu’individu etc. Par conséquent, l’accompagnement par/pour l’entourage est tout autant spécifique. 

Dans les notes qui suivent, à chacun d’évaluer ce qui peut paraître aidant pour améliorer son quotidien, ouvrir des perspectives. Ces enseignements sont issus d’expériences et de témoignages.

Accueillir et accepter ce fait

On ne choisit pas la transidentité, on la vit.

Apprendre, pour évoluer tous ensemble

Personne n'est spontanément prêt, ni préparé.

Accompagner avec neutralité et humilité

Du soutien concret et de l'indulgence entre tous.

Des changements clés

En France, depuis une dizaine d’année, pas-à-pas, des actes fondateurs ont contribué à faire évoluer les perceptions et la prise en charge des transidentités. 

La route est loin d’être parfaite mais elle est ouverte. Même si, pour les personnes concernées, ces évolutions sont trop timides et prennent bien trop de temps, notamment pour les personnes transgenres ou intersexuées face à l’urgence intérieure qui est la leur, endurée depuis fort longtemps pour bon nombre d’adultes. 

Mais des avancées sont à noter, sur le plan médical et juridique. Les prochaines années peuvent laisser entrevoir des progrès supplémentaires dans l’accompagnement et la reconnaissance de ce que vivent les personnes transidentitaires. Par exemple, l’association TRANS-SANTE France réfléchit à la mise en oeuvre du principe “d’autodétermination éclairée”, accompagné par des professionnels de santé mieux formés. 

Sur le plan médico-psychologique
Sur le plan juridique

GLOSSAIRE

Le sujet de la transidentité(s) a connu d’importantes évolutions avec, aujourd’hui, une pluralité de parcours individuels et collectifs. Le vocabulaire s’est diversifié rendant la communication parfois difficile. 

Afin d’éviter à chacun un travail de recherche fastidieux mais nécessaire, et par souci de clarté entre ses membres, TRANSPARENTS propose un glossaire des termes les plus courus, sans prétention de vérité. En retenir l’esprit et l’enjeu sous-jacents contribue à la compréhension, aux échanges, aux rapprochements entre tous.

Ces définitions, simples, sont le fruit de différentes lectures et d’échanges. Elles n’engagent que leurs auteurs au sein de TRANSPARENTS. Elles se veulent évolutives.

Souligne et regroupe la diversité des identités de genres et des parcours individuels très hétérogènes : genre fluide, transgenre, androgyne, inter genres, agenre, intersexué etc. Terme souvent utilisé au pluriel pour traduire la pluralité de ces cheminements, et par souci d’inclusion de toutes ces diversités.

Parler de transidentités, c’est mettre l’accent sur l’identité sociale plutôt que sur la sexualité, à la différence du terme « transsexualités » antérieurement utilisé.

Personne se reconnaissant dans le genre opposé à celui assigné à sa naissance.

Exprime donc une dichotomie entre le sexe biologique (mâle ou femelle) d’une part, et l’identité de genre psychologique et sociale (masculin ou féminin) d’autre part. La personne transgenre peut se tourner vers l’hormonothérapie et/ou la chirurgie pour se rapprocher du genre revendiqué, s’y fondre pleinement ou souhaiter s’afficher en tant que personne transgenre.

Il est respectueux de parler d’une « personne transgenre » plutôt que « d’un.e transgenre ».

Abréviation empruntée au langage anglosaxon « female-to-male ».

La première lettre parle du genre de naissance « Femelle » en biologie ou « Féminin » pour l’état civil. La seconde indique une direction. La troisième parle du genre souhaité par la personne trans « Mâle » en biologie ou « Masculin » pour l’état civil.

Terme apparu dans les années 2000 en France. L’usage traditionnel définit le genre en tant qu’identité psycho-sociale attendue d’une classe d’individus (ex : « masculin » ou « féminin »). Le genre « social », le genre « anatomique » et le genre « psychologique » ne seraient pas nécessairement congruent entre eux.

L’identité de genre désigne donc, chez un individu, la construction des subjectivités auxquelles il se raccorde et qu’il souhaite afficher. Aussi, pour les courants transidentitaires, le genre relèverait du libre déterminisme et serait « auto-déclaratif » : seule la personne concernée serait à même de définir son identité de genre selon la manière dont elle se ressent.

Abréviation familière, néanmoins acceptée, pour désigner toutes les personnes questionnant leur genre.

Ce terme, court et simple, limite le risque de maladresses pour parler de ces personnes, au regard de la diversité des parcours individuels et des dénominations existantes.

Abréviation empruntée au langage anglosaxon « male-to-femelle ».

La première lettre parle du genre de naissance, « Mâle » en biologie ou « Masculin » pour l’état civil. La seconde indique une direction. La troisième parle du genre souhaité pat la personne Trans, « Femelle » en biologie ou « Féminin » pour l’état civil.

L’usage traditionnel définit le sexe comme l’ensemble des caractéristiques anatomiques et fonctionnelles primaires – chromosomique, hormonal, génital -, concurrents également à la reproduction.

Il permet de différencier, généralement, les espèces animales ou humaines entre « mâles ou femelles ».

Qui se réfère au sexe « mâle ou femelle » auquel l’individu est identifié dès sa naissance par les autres.

Répond à la question : « qui suis-je ? », en comparaison à l’orientation sexuelle qui répond à la question : « par qui suis-je attiré ? ».

Issu du vocabulaire médico-psychologique, ce terme met l’accent sur l’identité sexuelle et semblait suggérer terme suggérer, dans le passé, une pathologie mentale. Il désigne une personne qui s’identifie de manière intense et persistante à l’autre sexe, souvent dans le rejet des organes génitaux d’origine.

Psychologisant et sources de confusions entre l’orientation du genre et l’orientation sexuelle, il est aujourd’hui écarté du vocabulaire Trans. Sensible à ces arguments, TRANSPARENTS n’utilise pas ce terme. Dans le vocabulaire médico-psychologique, il a été remplacé par d’autres : « trouble de l’identité », puis aujourd’hui « dysphorie du genre ». L’Association Américaine de Psychologie (APA) parle aussi « d’incongruence du genre ».

sharon-mccutcheon-QGQz-IBBl5w-unsplash.jpg

Bibliodoc

TRANSPARENTS sélectionne et propose des informations fondatrices, utiles à la compréhension et à l’évolution des parents & des proches, comme à toutes autres personnes intéressées par la.es transidentité(s). Il ne s’agit pas de listes exhaustives, comme le font déjà très bien certaines associations LGBT+ à l’intention de leurs membres.

Cette rubrique évolue en fonction des informations que vous voudrez bien partager avec TRANSPARENTS. Chaque proposition est à présenter selon le modèle suivant svp :

  • Nom de l’article (du livre ou autre)
  • Bref résumé (5 lignes au plus) : le sujet ? En quoi retient-il votre intérêt ? En quoi a-t-il sa place sur le site de TRANSPARENTS ?
  • Lien internet éventuel.

Autres informations

Documentaires, expositions, films etc.

Adhérer, faire connaître
TRANSPARENTS & TRANS-SOUTIEN

En adhérent à TRANSPARENTS, vous avez la possibilité de :

  • prendre contact avec les adhérents de votre choix depuis la page “privée” de ce site, puis d’échanger en direct ;
  • déposer vos témoignages qui, selon votre choix, seront visibles des autres adhérents en page privée ou publiques en page d’accueil ;
  • faire vivre TRANS-SOUTIEN, notamment en vous proposant sur des actions de la liste (ou sur d’autres que vous pourriez suggérer) ;
  • consulter ces actions pour en bénéficier, en tant que personne trans ;
  • participer à faire vivre ce site par vos suggestions, coconstruire ensemble (ex : bibliodoc) ;
  • vous joindre aux temps de rencontre festifs ou autres qui pourraient être organisés ;
  • participer au fonctionnement de l’association elle-même, lors des Assemblées Générales notamment ;
  • montrer votre solidarité et l’intérêt de l’initiative en étant juste là.

Merci de contribuer à faire connaître largement l’association et son site au sein de votre propre réseau : bouche-à-oreille, mail, réseaux sociaux, environnement professionnel et personnel etc… Des flyers et affiches sont à votre disposition, sur demande.

Partie privée TRANSPARENTS

La partie privée du site TRANSPARENTS est accessible uniquement aux adhérents, par l’intermédiaire du menu principal du site. 

menu_prive

Ce menu est composé de plusieurs sections détaillées ci-dessous :

Gérer mon compte & adhésion

Permet de modifier vos paramètres privés (adresse e-mail, mot de passe, confidentialité) ainsi que supprimer votre compte ou adhésion à tout moment.

Mon profil adhérent

Permet d’éditer votre profil public (profil visible des autres adhérents).

Contacter les adhérents

Permet de parcourir les adhérents de TRANSPARENTS afin d’entrer en contact et échanger.

Actions TRANS-SOUTIEN​

Ces actions sont portées par les adhérents et le réseau de TRANSPARENTS.

Echanger​

Sur des sujets cléde la vie quotidienne ex : la parentalité, les inter-actions sociales, la relation inter-personnelle ou professionnelle etc.

Héberger​ ponctuellement

Proposer un bergement temporaire à l’occasion d’actes dicaux au cours d’une transition (pour personne trans et/ou accompagnant).

Initier/former à un hobbies

Bricolage, jardinage, sculpture, peinture, musique, chant etc.

Partager un moment ou une activité

Cuisiner ou faire du shopping ensemble. Inviter à un repas chez soi, au restaurant ou tiré du sac. couvrir une exposition, un musée, un film, un livre etc. Randonner. Faire du footing/lo etc.

Soutenir une recherche d'emploi

Accompagnement à la daction d’un CV, à la préparation d’un entretien, dans une recherche d’emploi etc. Échanger sur un tier. Proposer un stage, une alternance, une offre d’emploi de mon entreprise etc.

Voyager

Passer des vacances ensemble. Faire couvrir sa gion/commune. Proposer sa maison de campagne.

Autres actions

Les propositions sont bienvenues ! N’sitez pas à les communiquer à TRANSPARENTS depuis la page Contact du site internet.

Actions TRANS-SOUTIEN​

Ces actions sont portées par les adhérents et le réseau de TRANSPARENTS.

Echanger​

Sur des sujets cléde la vie quotidienne ex : la parentalité, les inter-actions sociales, la relation inter-personnelle ou professionnelle etc.

Héberger​ ponctuellement

Proposer un bergement temporaire à l’occasion d’actes dicaux au cours d’une transition (pour personne trans et/ou accompagnant).

Initier/former à un hobbies

Bricolage, jardinage, sculpture, peinture, musique, chant etc.

Partager un moment ou une activité

Cuisiner ou faire du shopping ensemble. Inviter à un repas chez soi, au restaurant ou tiré du sac. couvrir une exposition, un musée, un film, un livre etc. Randonner. Faire du footing/lo etc.

Soutenir une recherche d'emploi

Accompagnement à la daction d’un CV, à la préparation d’un entretien, dans une recherche d’emploi etc. Échanger sur un tier. Proposer un stage, une alternance, une offre d’emploi de mon entreprise etc.

Voyager

Passer des vacances ensemble. Faire couvrir sa gion/commune. Proposer sa maison de campagne.

Autres actions

Les propositions sont bienvenues ! N’sitez pas à les communiquer à TRANSPARENTS depuis la page Contact du site internet.